Les musées

Des lieux étonnants vous emmènent au cœur de la vie cancalaise pour comprendre le passé cancalais, pour découvrir l’univers des huîtres ou encore pour approcher la vie de Jeanne Jugan.

Située sur la route de la Corniche, la Ferme Marine, entreprise ostréicole, vous entraîne le temps d’une visite guidée, en français, en anglais ou en allemand, à la découverte de l’huître de Cancale. Découvrez les différentes espèces de cette précieuse coquille : creuse, plate ou « Pied d’Cheval », à travers un diaporama complet retraçant l’histoire de l’ostréiculture à travers le temps. On y apprend comment l’huître est venu s’implanter dans la Baie de Cancale, comment elle y fut tout d’abord cueillie, puis draguée à l’aide des fameuses bisquines, et enfin élevée dans des poches disposées sur des tables dans les parcs à huîtres. Ensuite, vous visitez les ateliers d’expédition où l’on vous apprendra les secrets du triage des huîtres avant leur arrivée sur vos assiettes.  Votre visite se terminera par la salle des coquillages où plus de 1000 coquillages du monde entier rivalisent de beauté et d’élégance pour le plaisir des yeux.

Le Musée des Arts et Traditions Populaires, niché au cœur de la vieille église Saint-Méen de Judicaël est comme un coffre au trésor : les coiffes de dentelles côtoient les vêtements des Terre-Neuvas, les lits clos traditionnels font face aux maquettes de goélettes et des ébauches de scènes de la vie courante nous en apprennent plus sur le peuple de marins que sont les Cancalais. Costumes, objets du passé sur la marine ou l’agriculture font toute la richesse de ce musée associatif. La pièce maîtresse de la collection est, depuis 2008, un véritable doris de Terre-Neuve.

un_peu_dhistoire_1.jpg

les_musees_3.jpg

La Maison natale de Jeanne Jugan, fondatrice des Petites Sœurs de Pauvres, canonisée en octobre 2010, se tient modestement au carrefour des Petites Croix, sur la route reliant Cancale à Saint-Coulomb. Petite bâtisse au toit de chaume d’apparence humble, il vous suffit de pousser la barrière en bois pour pénétrer au cœur du XVIIIème siècle. Dans la pièce principale, le mobilier d’époque permet de découvrir la vie quotidienne durant la Révolution : le lit clos, la table de bois et ses bancs, la cheminée et sa crémaillère, et l’incontournable statue de Marie, protectrice des marins… A l’étage, un coffre de marin Terre-Neuvas et quelques filets de pêche… Le puits dans la cour côtoie l’ancienne grange où est aménagée une exposition sur Jeanne Jugan, sa vie et son œuvre.