Le Verger

Situé à l’extrémité nord-ouest de la commune de Cancale, le village du Verger domine la plage du même nom. C’est un des villages les plus importants de la commune et c’est également l’un des plus vieux puisqu’il est cité dans des textes du XIème siècle, malgré le remaniement de la plupart de ses habitations.

Son principal attrait réside dans la longue plage de sable doré qui s’étale sur près de deux kilomètres, entre deux pointes rocheuses, la pointe de la Moulière à l’est et la Pointe des Daules à l’ouest. Idéale pour les balades hivernales, c’est une plage très recherchée durant la belle saison. Elle bénéficie en plus d’un poste de surveillance saisonnier pour la sécurité des familles et deux parkings d’accueil.

Le site du Verger est une réserve naturelle unique dans le département : en effet, la présence d’un cordon dunaire, d’un marais arrière-littoral et d’un vaste ensemble de landes entourant la plage de sable fin en fait un espace d’une grande richesse écologique ; c’est le seul site du département d’Ille et Vilaine présentant une aussi grande diversité paysagère. Depuis 1983, le Conservatoire du littoral a acquis 45 hectares, afin de préserver ce site très fréquenté. Le programme de rétablissement du cordon dunaire et la plantation d’oyats ont permis l’installation d’autres plantes, telles que le liseron des dunes et le pourpier de mer. Quant à l’espace marécageux, c’est le lieu de nidification de nombreux oiseaux (bouscarle de Cetti, bruant des roseaux…), mais on y rencontre également des chauves-souris.

C’est également au Verger que vous pourrez admirer deux exemples du patrimoine cancalais, l’un religieux et l’autre militaire. La chapelle du Verger est nichée dans un creux en descendant vers la plage et ses magnifiques peintures et ex-voto. Dédiée à la Vierge Marie, elle est le résultat d’un vœu fait à la Vierge par des marins en grand péril : là où ils toucheraient terre, ils bâtiraient un sanctuaire. Plusieurs fois détruite, toujours reconstruite, elle date du XIXème siècle, telle que nous la découvrons aujourd’hui et est classée monument historique. Enfin, le corps de garde du XVIIIème siècle, situé sur la Pointe des Daules. D’ici les douaniers surveillaient la côte pour prévenir les débarquements frauduleux des contrebandiers, sur une côte propice à ce genre d’activité. Récemment restauré, le corps de garde est classé monument historique.